Hépatite C

Définition

L’hépatite C est un virus qui attaque les cellules du foie de la personne atteinte, causant alors une inflammation du foie. Plus longtemps les cellules sont attaquées, plus il y aura des cicatrisations des tissus du foie. Les degrés de dommages sur l’organe amènent des complications telles que la fibrose, la cirrhose, l’insuffisance hépatique et/ou le cancer.  Étant généralement asymptomatiques, les dommages au foie peuvent être sans douleur et perdurer sur le long terme. Il est donc possible de vivre avec le virus de l’hépatite C (VHC) sans le savoir.

La durée de vie du virus à l’extérieur du corps peut aller jusqu’à 7 semaines.  Cette résistance à l’air libre et le fait de ne pas connaître son diagnostic favorisent la transmission du virus de l’hépatite C via un ensemble de comportements à risque (voir modes de transmission ci-dessous). Il existe aussi plusieurs génotypes (sortes de VHC) allant de 1 à 6 en plus de leurs sous-types. En raison de cette diversité de virus, aucun vaccin préventif n’existe pour le moment. Donc, le dépistage reste le meilleur moyen de connaître son statut.

Cependant, l’hépatite C est un virus qui se traite et se guérit. Contactez le Projet C ou consultez la section « Dépistage et traitement » pour en savoir plus.

Symptômes

Dans la majorité des cas, les personnes atteintes d’hépatite C ne ressentent pas de symptômes précurseurs. Les plus communs sont la fatigue chronique, des maux de têtes, des douleurs musculaires ou articulaires, des nausées et donc, des symptômes s’apparentant à la grippe. Dans de rares cas, la jaunisse, des troubles de l’humeur et la confusion peuvent se manifester.

Dans tous les cas, seul un test de dépistage peut vous révéler votre statut.

Évolution

Lors de l’entrée du virus dans le corps humain, deux phases doivent être distinguées :

  • La phase aiguë : Durant les premiers mois suivant l’épisode de contamination, il peut arriver que le corps élimine le virus de façon naturelle. Cette période est d’environ 6 mois. Environ 20% des personnes infectées parviendront à éliminer le virus naturellement. Cependant, cela ne signifie pas qu’ils sont immunisés au virus de l’hépatite C! Il faudra continuer à être prudent au niveau des comportements à risque.
  • La phase chronique : La phase aiguë devient la phase chronique pour 80 % des personnes infectées. Le virus de l’hépatite C a déjoué les mécanismes de défense du corps humain. À cette phase, seul un traitement pourra permettre au corps d’éliminer le virus. Sans traitement, des dommages importants se feront sur le foie et nuiront à son bon fonctionnement. Cela peut évoluer en cirrhose, insuffisance hépatique et, voir même, le cancer du foie.

Les dommages au foie se voient grâce au Fibro-scan. Il s’agit d’une machine qui s’apparente à une échographie permettant de prendre une image du foie et du degré de cicatrisation. C’est une technique sans douleur et dite, non-invasive. Dans la plupart des cas, cette image se prend avant le traitement et à la fin afin d’évaluer la rémission du foie. En effet, le foie est un organe ayant la capacité de se régénérer si le virus est éliminé.

La santé du foie

D’autres facteurs peuvent accélérer les dommages du virus sur la santé du foie. Entre autres, la consommation d’alcool entraine une dégradation du foie plus rapide. De plus, être porteur d’une autre hépatite (A ou B) peut augmenter les dommages au foie ou les risques de transmission. C’est pourquoi il est fortement recommandé de recevoir le vaccin et/ou traitement nécessaires à ce niveau. Il est donc primordial d’avoir une prise en charge médicale tout au long de l’évolution de la maladie.

Modes de transmission

Le virus de l’hépatite C se transmet uniquement de sang à sang. Ce qui veut dire, par le partage de matériel où il y a la présence du sang infecté et que ce sang entre en contact avec le sang d’une autre personne.

La transmission par le sang peut se produire lors de :

  • partage de matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation de drogues;
  • tatouage ou perçage avec du matériel non stérile;
  • contact entre un liquide contaminé par du sang avec :
    une surface de peau endommagée (par exemple par une morsure, une piqûre, une coupure, une plaie);
    une muqueuse (membrane qui tapisse par exemple la bouche ou les organes génitaux féminins et masculins);
  • transfusion sanguine, lorsque les mesures de sécurité transfusionnelles ne sont pas appliquées (ces mesures sont appliquées au Canada  et ont été perfectionnées depuis 1992).
Nous recommandons donc à toutes personnes ayant reçu une transfusion ou une chirurgie avant 1992 de se faire dépister pour cette raison.

La transmission par voie sexuelle peut se produire :

  • lors de la pénétration du pénis dans le vagin ou l’anus. Le risque de transmission par voie sexuelle est plus rare, mais il augmente lors des relations sexuelles anales. En effet, cela peut créer des lésions ou des blessures, comme l’insertion de doigts ou du poing dans l’anus;
  • en présence de sang;
  • lors du partage de jouets sexuels.

Une mère infectée peut également transmettre l’hépatite C à son bébé au moment de l’accouchement. Le risque de transmission du virus de la mère à son enfant est évalué à 5 %. Les données n’indiquent pas que l’allaitement maternel puisse transmettre le virus. Par contre, il n’est pas recommandé d’allaiter son enfant pour quelqu’un qui aurait l’hépatite C et les mamelons gercés.

Cependant, vivre sous le même toit qu’une personne infectée ne présente pas de risque. Nous recommandons vigilance dans les rares cas où il peut y avoir contact de sang à sang (ex : partage de brosse à dents, coupe-ongle, de rasoirs, aussi hydratant en bâton pour les lèvres ).

Prévention

Présentement, il n’existe aucun vaccin contre l’hépatite C. Heureusement, en prenant certaines précautions, nous pouvons éviter de contracter et de transmettre une hépatite C.

Il est possible d’être réinfecté par l’hépatite C et ce, même si nous en avons déjà guéri. Donc, la prévention reste primordiale pour éviter les risques de retransmission.

Voici nos recommandations pour éviter l’infection par l’hépatite C :

  • Si vous faites usage de drogues par injection, ne partagez pas vos seringues ni aucun autre matériel usagé (cuillère, eau, tampon d’alcool, etc.).
  • Si vous faites usage de drogues par inhalation, n’utilisez jamais un billet de banque ou tout autre objet qui pourrait absorber du sang. N’échangez jamais les pailles ni aucun autre matériel.
  • Ne partagez pas vos objets d’hygiène personnelle (brosses à dents, rasoirs, coupe-ongles, hydratant en bâton pour les lèvres, etc.).
  • N’échangez pas les bijoux, les anneaux, les tiges ou tout autre objet qui traverse la peau avec ceux de quelqu’un d’autre.
  • Assurez-vous que les instruments et l’encre utilisés sont neufs et stériles lorsque vous désirez avoir un piercing ou un tatouage.
  • Si vous récupérez des seringues usagées, saisir le corps de la seringue, de préférence avec des pinces et ne pas tenter de l’encapuchonner.
  • Assurez-vous de bien recouvrir toutes blessures avec un pansement adéquat.

Si vous êtes infecté, en plus des recommandations ci-dessus, vous devez :

  • Aviser le personnel soignant qui s’occupe de vous à l’hôpital ou chez le dentiste que vous avez l’hépatite C.
  • Vous abstenir de donner du sang, des organes, des tissus;
  • Utiliser un condom au cours de toute relation sexuelle.
  • L’hépatite C n’est pas transmise par la salive, les éternuement, l’urine, la sueur ou la toux. De ce fait, vous pouvez avoir des contacts quotidiens comme les caresses, partager des ustensiles ou de verres sans crainte.
  • La cohabitation avec une personne infectée par l’hépatite C est sans risque, si les consignes de prévention sont respectées.
  • Les personnes infectées par le VHC ne doivent pas être exclues du travail, de l’école, de la garderie ou de tout autre endroit.

Dernière nouvelle

Symposium Psychosocial 2018

Symposium Psychosocial 2018

Amélie Tremblay-Lebel, Chargée de projet, a présenté les enjeux et les développements du corridor de services hépatite C en Estrie au symposium psychosocial organisé par le CAPAHC, le Portail et CACTUS Montréal. Place aux réalités!

Lire la suiteToutes les nouvelles
Projet C

Pour contacter le Projet C :

Confidentiel

Téléphone : (873) 200-5707

Courriel :

Prendre note que les heures de services du Projet C sont du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30. Vous pouvez laisser un message à l’extérieur de cette plage horaire, les retours se feront lors des heures de services.

Écrivez-nous